Logo de l\'Institut Euro-Africain de Droit Economique (INEADEC)

La création d'entreprise en Afrique de l'Ouest: quel cadre juridique ?

Le 28/06/2017 - Chez Claude (salle du 2ème étage) 166 rue Saint Honoré 75001 Paris

Le continent africain connait une croissance soutenue et ne cesse de se moderniser malgré un ralentissement en Afrique subsaharienne en 2016.

Toutefois, cela ne freine en rien les nombreux acteurs régionaux ou internationaux qui cherchent à s’implanter sur le continent afin de gagner des parts de marché et contribuer à son développement. Ces acteurs sont des entreprises de toute taille, de l’entreprenant individuel à la firme multinationale, mais également des chercheurs (économistes, juristes) qui s’investissent pour trouver des solutions nouvelles en phase avec l’écosystème du continent. A titre d’exemple, des start-ups se lancent dans le conseil juridique en aidant les porteurs de projets à constituer une société et à comprendre l’environnement juridique des états africains.

Ces acteurs présents en Afrique font face à des situations complexes ou à des blocages qui sont ancrés dans les us et coutumes depuis plusieurs décennies. Ces obstacles ont pendant longtemps été critiqués ou ignorés par les grandes institutions multilatérales telles que le Fonds Monétaire International (FMI) et la Banque Mondiale (BM). Cependant, un changement de paradigme semble se dessiner avec la prise en considération récente par ces mêmes institutions des réalités économiques et culturelles locales en tant que vecteurs de développement de l’Afrique.

Le FMI a notamment publié un rapport en 2017 sur les perspectives économiques régionales africaines qui prend en compte le poids des entreprises du secteur informel dans le PIB du continent. La Banque Mondiale s’est également engagée dans cette réflexion.

Ainsi, l’enjeu de cette table ronde sera de mettre en balance ce secteur informel propre aux sociétés africaines avec les outils juridiques existants à la disposition des acteurs souhaitant s’implanter en Afrique, dans le but de savoir si les faiblesses d’hier pourraient s’avérer être une force aujourd’hui pour le développement de l’Afrique.

Intervenants :

Kadiatou TAPILY, avocate au Barreau de Paris au sein du cabinet Dentons et membre du Pôle droit des sociétés du RIJA

- Guillaume REISACHER, expert rattaché au Ministère de la Justice et de la Législation au Bénin

De 19 h 30 à 21 h 30


Voir les autres activités

© 2017 - INEADEC