Logo de l\'Institut Euro-Africain de Droit Economique (INEADEC)

Forum Partenariats Euro-Africains Post-Cotonou : Quels Objectifs ? Quels Instruments ?

 

 

Forum Partenariats Euro-Africains Post-Cotonou : Quels Objectifs ? Quels Instruments ?

Bruxelles, 6 février 2019 – Sénat de Belgique

Discours prononcé par Son Excellence Dr. Ousmane Sylla, ambassadeur de Guinée

Excellences,
Mesdames et Messieurs,
Chers invités et participants,

C’est avec un grand plaisir que je prends part à cette importante rencontre consacrée au partenariat Euro-Africain dans la perspective de l’accord de Cotonou Post 2020.

Je vous remercie vivement de m’avoir invité à cette réflexion au moment où certaines personnes se posent des questions sur les acquis des relations Europe-Afrique après les indépendances des pays d’Afrique, à partir des années 1960 d’une part, et d’autre part sur les nouvelles stratégies et mécanismes à mettre en place pour promouvoir encore davantage les relations économiques et commerciales entre nos deux continents.

Les relations entre l’Afrique et l’Europe soutenues par la proximité de nos continents sont vieilles et basées d’abord sur des liens  historiques, qui ont évolué avec le temps vers plus d’échanges dans les domaines économiques, commerciaux, culturels, etc…

Elles ont permis avec le temps de mieux consolider notre coopération à travers différents partenariats stratégiques dont l’Accord de Cotonou ACP-UE au travers duquel plusieurs États Africains sont parties prenantes, sans oublier l’accord entre l’Europe et l’Afrique du Sud ainsi que celui entre l’Europe et les pays de l’Afrique du Nord dans le cadre de la politique de voisinage de l’Union Européenne.

À la question de savoir si les négociations d’un nouveau cadre de coopération post-Cotonou peuvent ouvrir la voie à de nouveaux partenariats Euro-Africains orientés vers l’investissement, l’entreprenariat et le développement du secteur privé, je dirais que j’y mets tous mes espoirs.

En effet, les mandats de négociation adoptés par le Groupe ACP, y compris les États Africains, et l’Union Européenne, ont fait de ces questions parmi tant d’autres leurs priorités dans le cadre des négociations post-Cotonou en cours.

Les trois piliers stratégiques retenus par les États ACP dans ces négociations sont le commerce, l’investissement, l’industrialisation et les services, sans oublier la coopération au développement, la technologie, la science, la recherche et l’innovation et seront des gages certains pour impulser une dynamique aux relations futures entre les deux continents.

Ces relations doivent s’adapter aux nouveaux défis et aux objectifs universellement reconnus dont les objectifs de développement durable (ODD), l’Accord de Paris sur le climat et le plan d’action d’Addis-Abeba sur l’investissement en ce qui concerne le financement du développement.

En outre, comme vous le savez, le 5ème Sommet Union Africaine-Union Européenne tenu à Abidjan en novembre 2017, a réaffirmé l’engagement des deux continents à développer un partenariat encore plus fort en définissant cinq priorités stratégiques, au nombre desquelles figurent :

  • L’investissement dans les ressources humaines – le développement de l’éducation, de la science, de la technologie et des compétences
  • La mobilisation des investissements pour la transformation structurelle durable de l’Afrique.

Nous saluons dans ce cadre, le lancement effectif du plan d’investissement extérieur de l’Union Européenne qui a été mis en place officiellement en septembre 2017 en marge de la Session annuelle des Assises de l’Organisation des Nations-Unies à New-York.

Aussi, l’importance de l’Agenda 2063 de l’Union Africaine et des accords d’intégration régionale n’est plus à démontrer dans le cadre de nos relations futures avec les différents partenaires au développement dont l’Union Européenne.

La création d’une zone de libre-échange continentale africaine sur décision des Chefs d’États et de Gouvernements à Kigali en mars 2018 permettra sans doute de créer un marché unique africain pour le commerce des marchandises et des services, d’approfondir l’intégration économique du continent africain, de faciliter la libre circulation des personnes et des biens, de promouvoir le développement industriel, etc … Sa réalisation contribuera largement à faire face aux contraintes en matière de production auxquelles notre continent est confronté.

D’autre part, l’industrialisation de l’Afrique par la transformation de ses matières premières minières et agricoles permettra de créer des emplois surtout pour les jeunes et lutter contre la pauvreté d’une manière durable et inclusive.

Excellences,
Mesdames et Messieurs,

L’un des objectifs du Continent Africain est de développer son secteur privé qui est indéniablement un moteur pour la création de richesses et de croissance économique. Il devra permettre de créer des emplois et des revenus pour notre jeunesse et de lutter ainsi contre l’immigration clandestine. Nous reconnaissons qu’investir dans la jeunesse, avec des ressources dans des secteurs bien ciblés contribuera à donner à nos jeunes des opportunités pour non seulement les stabiliser, mais aussi pour leur créer un avenir durable et des emplois décents. L’Afrique et l’Europe, avec le 5ème sommet d’Abidjan en ont fait l’une de leurs priorités.

Dans un de ses discours devant le Parlement Européen à Strasbourg en 2018, Son Excellence Monsieur Jean-Claude Juncker, Président de la Commission de l’Union Européenne a plaidé vivement pour la réalisation d’une véritable ALLIANCE EUROPE-AFRIQUE en se basant surtout sur un commerce équitable et équilibré entre les deux continents.

L’Union Africaine a exprimé son adhésion totale à cette excellente idée de Son Excellence Monsieur le Président de la Commission de l’Union Européenne.

Les négociations post-Cotonou 2020 actuellement en cours tiendront compte de cette proposition.

Dans cet esprit et avec l’espoir que les travaux du présent Forum aboutiront à des résultats concluants pour nos deux continents.

Vive la coopération entre l’Europe et l’Afrique.

Je vous remercie pour l’attention que vous m’avez accordée.


Voir les autres actualités

© 2019 - INEADEC