Logo de l\'Institut Euro-Africain de Droit Economique (INEADEC)

Au-delà du Covid-19 : Ou ce que le Coronavirus nous dit des paradoxes du monde globalisé

Au-delà du Covid-19 : Ou ce que le Coronavirus nous dit des paradoxes du monde globalisé

Par Mohamed Mahmoud MOHAMED SALAH

« N’a-t-on pas délégué au Marché plus qu’il ne faut, en le laissant envahir des secteurs de l’activité sociale qui ne doivent pas être soumis aux seuls critères de la rationalité marchande, notamment l’éducation, la santé et  l’environnement ? Mais surtout, comment répartir sur de nouvelles bases, en tirant de cette pandémie les bonnes leçons ? »

Avec le Covid-19, c’est un « risque mondialisé » que l’on doit affronter. Dès lors, une série de questions. « C’est toujours, en premier lieu, l’Etat-Nation qui est sommé de trouver la riposte appropriée à une crise, quelles qu’en soient l’origine et l’ampleur, dès lors qu’elle frappe les personnes se trouvant sur son territoire. Mais où sont donc passés la mondialisation et la myriade d’organisations, d’institutions, d’acteurs et de règles qui en ont assuré la promotion et la diffusion ? Pourquoi, face à un  « Risque mondialisé », avéré, ne peut-on encore concevoir une réponse globalisée, immédiate ? D’autres interrogations surgissent dans le sillage de ce premier questionnement. Pourquoi les enjeux sanitaires, si essentiels dans la mesure où ils touchent directement à la vie des personnes, n’ont-ils pas été suffisamment pris en compte en temps de paix, y compris dans les pays surdéveloppés ? »

Le professeur analyse le Covid-19, tour à tour, comme un enfant de la mondialisation, apparu en Chine, « acteur central de la globalisation », au confluent des chaînes de valeur ; également comme l’objet d’un « traitement médiatique quasi uniformisé ».

Le professeur Mohamed Salah appelle à une « mondialisation plus humaine » : « Cela devrait notamment se traduire par une importance plus grande accordée aux considérations sanitaires et environnementales, non seulement au plan national mais également au plan international où le libre-échange pliera chaque fois que cela s’impose, devant la protection de la santé ou celle de la biosphère. »

L’article complet est disponible sur le site Le Calame :

http://www.lecalame.info/?q=node/10092

Mohamed Mahmoud MOHAMED SALAH est Professeur des facultés de droit, avocat, Nouakchott. Il est membre de l’INEADEC.


Voir les autres actualités

© 2020 - INEADEC